Alterpsy

Une alternative pour les patients en psychiatrie
 

Alterpsy a malheureusement perdu ses animateurs
Pour poursuivre l'action et l'information autour de la psychiatrie : psychoéducation, DSM-IV en ligne pour tous, action contre la contention mécanique et les abus divers : Neptune prend le relai de ce site depuis l'été 2013
(ceci n'est pas une publicité)

Neptune Bibliotheque Entraide Action sur Troubles Psy
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 les neuroleptiques et leurs effets secondaires graves

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alter



Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: les neuroleptiques et leurs effets secondaires graves   Jeu 14 Déc - 12:37

Recommandations de la Commission Européenne sur les ISRS
CE European Commission - Enterprise and Industry Directorate General - Consumer goods - Pharmaceuticals - Last update : 8/12/06

ISRS [Inhibiteurs Sélectifs de la Recapture de la Sérotonine], IRSN [Inhibiteurs de la Recapture de la Sérotonine et de la Noradrénaline]

Également commercialisés en Europe sous les noms :

Evexor, Velafax, Efique, Dobupal, Vandral, Strattera, Citalopram, Citarcana, Eostar, Citalhexal, Pram, Seropram, Citalostad, Citor, Cipramil, Citalobexal, Apertia, Cipram, Sepram, Cita, Zyloram, Citalon, Cerotor, Citalec, Citaham, Rejkapram, Desital, Citadur, Citalogea, Citamocal, Emaxo, Andepril, Citacip, Citalonte, Akarin, Loxopram, Ciral, Emocal, Ciazil, Futuril, Megafors, Citalophex, Citalop, Citalo-Q, Citadura, Citalogen, Serital, CitaLich, Pricital, Cinapen, Serocel, Oropram, Citapram, Serotor, Ciprotan, Ciprager, Ciprapinie, Pramexyl, Felipram, Lontax, Citalexal, Elopram, Frimaind, Citalon, Redoxamin, Aurex, Cimax, Citabax, Ronal, Prisdal, Citalvir, Relapaz, Somac, Citaleq, Genprol, Presar, Citoglan, Talocit, Citavie, Biopram, Cipralex, Entact, Lexapro, Sipralexa, Seroplex, Esertia, Prilect, Fluoxetine, Fluctine, NuFluo, Flux, Mutan, Floccin, Fluoxibene, FluxoMed, Positivum, Felicium, Fluoxistad, Fluxil, Prosimed, Prozac, Docfluoxetine, Fluoxemed, Fluoxone, Fluox, Fluoxetop, Fokeston, Ladose, Plazeron, Magrilan, Apo-Fluoxetine, Foxet, Fluoxin, Floxet, Fluval, Flumirex, Portal, Flizak, Deprex, Afeksin, Fondur, Fonzac, Fluxantin, Flutin, Folizol, Nycoflox, Fluoksetiini, Fluoxa, Seromex, Seronil, Fluctin, Elindra, Flucti-nerton, Fluneurin, Fluoxe-Q, Fluxet, Fluoxetin, Fluoxemerck, Fluoxtab, Fluoxkaps, Floxin, Fluxone, Fluoxgamma, Flonital, Sofelin, Fluxadir, Exostrept, STEPHADILAT-S, STRESSLESS, THIRAMIL, SARTUZIN, Hapilux, DAGRILAN, Dinalexin, FOKESTON, Òrthon, Zinovat, APO-FLUOXETIN, Deprexin, FEFLUZIN, Seról, Fontex, Prozamel, Affex, Gerozac, Biozac & Prozit, Norzac, Ranbaxy, Prozatan, Fluoxeren, Fluoxetina, Zafluox, Biofloxoral, Proxerene, Clexiclor, Ipsumor, Ibixetin, Fluoxenase, Diesan, Deprexen, Flotina, Cloriflox, Fluxetil, Fluoxifar, Aliantil, Novalbac, Grinflux, Xeredien, Lisemir, Framex, Deprexetin, Deprimaks, Salipax, Oxactin, Bioglan Fluoxetine, Flustad, Fluoksetyna, Xetiran, Bioxetin, Deprenon, Andepin, Nodepe, Tuneluz, Mizac, Selectus, Digassim, Deborax, Psipax, Seroliber, Adofen, Luramon, Reneuron, Nodepe, Augort, Lecimar, PRANDULIN SEMANAL, Ranflutin, Fluvoxamin, Fluvoxaminmaleat, Floxyfral, Felixsan, Fluvoxamine, Faverin, Fevarin, Fluvosol, Desifluvoxamin, Fluvohexal, Fluvoxam, Fluvoxadura, Fluvox, Fluvoxabeta, Luvox, Myroxine, Dumyrox, Maveral, Fluvoxaminemaleaat, Fluvoxamina, Dumirox, Mianserin, Tolvon, Mianserine, Serelan, Miabene, Tolmin, Miaxan, Athymil, Miagen, Mianeurin, Mianserixx, Tolvin, Prisma, Inpharmco-Mianserin, Lantanon, Lerivon, Miansemerck, Norserin, Dalcipran, Ixel, Milnacipran, Mirtazapin, Mirtaron, Mirtel, Remeron, Mirtabene, Mirtazapine, Remergon, Esprital, Arintapin, Combar, Zicomber, Hexazipin, Loxozapin, Medizapin, Mirtachem, Mirtacur, Mirtamed, Mirtatifi, Mirtoral, Tirzamed, Alphamirt, Alphazagen, Genamirt, Mirtalphagen, Mirtamerck, Mirtazapin, Mirtadepi, Mirtaril, Finmirtaza, Finpharma, Finscope, Mirtapharm, Mirtascope, Mirtasole, Pharmasole, Pharmazapine, Tarzapine, Mirtaratio, Mirtastada, Mirtatsapiini, Norset, Mirtazelon, Mirtapin, Remergil, Mirta-ratiopharm, Mirta, Mirtazza, MirtaLich, Mirtagamma, Mizapin, Míron, Zistap, Zismirt, Mirap, Tazamel, Arintapina, Mirzaten, Valdren, Miralix, Mirtal, Mirtazapina, Rexer, Vastat, Zispin, Paroxetin, Allenopar, Glaxopar, Seroxat, Paroxat, Ennos, Paluxetil, Aropax, Arketis, Apo-Parox, Remood, Parolex, Roxac, Serodur, Pasero, Oxetine, Optipar, Paroc, Paroneurin, Meparox, Paroscope, Paroxegen, Pasorex, Sopax, Serorex, Parsyn, Varoxetin, Paroksetiini, Hiemalix, Divarius, Deroxat, Paroxetine, Aroxetin, Paxil, Oxepar, Tagonis, Depar, Trapar, Osepar, Paroxedura, Paroxistad, Euplix, ParoLich, Apodepi, Parogen, Paretin, Parhun, Rexetin, Paxinol, Paxetin, Paxt, Parox, Meloxat, Paroser, Sereupin, Daparox, Paroxetina, Eutimil, Deprozel, Paxeratio, Denerval, Paxpar, Parolex, Motivan, Paratonina, Casbol, Daparox, Xetin, Paroximed, Meradel, Eoxat, Deoxatine, Paroxetabs, Paraxodil, Primoxatine, Titroxatine, Isoxatine, Parocetan, Paroxiflex, Medoxatine, Mediparox, Edronax, Reboxetine, Davedax, Irenor, Norebox, Gladem, Tresleen, Sertraline, Serlain, Doc Sertraline, Zoloft, Apo-Sertral, Asentra, Serlift, Serlinan, Sertrix, Tralinan, Tralix, Zeelinax, Sertaxilin, Sertralin, Sertra, Alexandras, Lustral, Serlan, Serad, Tatig, Sertralina, Sertral, Sertrabeck, Stimuloton, Sertahexal, Antideprimal, Setralexin, Zenon, Sertralex, Depesert, Serseitran, Lustragen, Lustramerck, Altisben, Aremis, Besitran, Sertrawitt, Sertrabt, Sertrabeck, Sertratifi, Sertraratio, Lustral, Efectin, Efexor, Venlax, Venlafaxine, Venlafaxin, Effexor, Trevilor, Faxine, Venlaxor

INN:

Atomoxetine, Citalopram, Escitalopram, Fluoxetine, Fluvoxamine, Mianserine, Milnacipran, Mirtazapine, Paroxetine, Reboxetine, Sertraline and Venlafaxine

[…]

25/08/2005 Community Referrals - Art 31 - (Modification) EMEA/H/A-31/651 C(2005)3256 of 19/08/2005
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alter



Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: les neuroleptiques et leurs effets secondaires graves   Jeu 14 Déc - 12:38

suite et fin :

ANNEXE II

CONCLUSIONS SCIENTIFIQUES ET RAISONS DE LA MODIFICATION DES RÉSUMÉS DES CARACTÉRISTIQUES DES PRODUITS ET DES NOTICES DES PRODUITS PRÉSENTÉES PAR L’EMEA

Conclusions scientifiques

RÉSUMÉ GÉNÉRAL DE L’ÉVALUATION SCIENTIFIQUE DES SPÉCIALITÉS PHARMACEUTIQUES CONTENANT DE LA FLUOXÉTINE, DE LA FLUVOXAMINE, DE LA SERTRALINE, DE LA PAROXÉTINE, DU CITALOPRAM, DE L’ESCITALOPRAM, DE L’ATOMOXÉTINE, DE LA VENLAFAXINE, DE LA MIANSERINE, DU MILNACIPRAN, DE LA REBOXÉTINE ET DE LA MIRTAZAPINE (voir Annexe I)

A la demande de la Commission européenne, le CHMP [Committee for Human Medicinal Products (Comité des médicaments humains)] a examiné les données issues des études cliniques disponibles auprès des autorités nationales compétentes concernant les produits ISRS/IRSN suivants: fluoxétine, fluvoxamine, sertraline, paroxétine, citalopram, escitalopram, atomoxétine, duloxétine, venlafaxine, miansérine, milnacipran, reboxétine et mirtazapine, et en particulier concernant leur utilisation chez la population pédiatrique.

Les données examinées comprenaient les études cliniques à court terme randomisées et contrôlées contre placebo soumises aux autorités compétentes, les études cliniques randomisées publiées dans la littérature médicale, les études observationnelles et les études écologiques. La majorité des études avaient inclu des patients atteints de troubles dépressifs majeurs, tandis qu’un nombre restreint d’entre elles avaient inclu des patients atteints de divers troubles anxieux (Trouble Obsessionnel Compulsif (TOC), Trouble Anxieux Généralisé (TAG) et Trouble Anxiété Sociale). En outre, quelques études avaient inclu des patients souffrant du Trouble Déficit de l’Attention avec Hyperactivité (TDAH).

Ces produits ne sont pas autorisés en Europe pour le traitement des troubles dépressifs et anxieux chez l’enfant et l’adolescent. Seuls quelques uns de ces produits sont autorisés pour le traitement des enfants et adolescents présentant des troubles obsessionnels compulsifs et seulement l’un d’entre eux pour le traitement du Trouble Déficit de l’Attention avec Hyperactivité.

L’examen des comportements de type suicidaire a indiqué qu’aucun décès par suicide n’avait été rapporté dans l’ensemble des études passées en revue. Cependant, un signal net de comportements de type suicidaire était noté dans les études dans la dépression et un signal moins fort dans les études dans l’anxiété. De plus, était noté un signal concernant des effets indésirables associés tels que comportement hostile, automutilation et labilité émotionnelle avec la plupart des produits et dans la plupart des indications.

A l’issue de l’examen préliminaire des données disponibles auprès des autorités nationales compétentes, le CHMP a conclu que l’augmentation des comportements de type suicidaire dans les populations pédiatriques était un sujet de préoccupation. Le CHMP a reconnu qu’il existait un signal potentiel d’une augmentation de comportement suicidaire, comprenant des tentatives de suicide et des idées suicidaires et/ou des comportements associés tels que automutilation, comportement hostile et labilité émotionnelle chez les enfants et adolescents traités par ISRS et IRSN. Ce signal était présent avec tous les produits pour lesquels des études étaient disponibles, et les données disponibles ne permettaient pas d’exclure la possibilité d’un effet de classe.

A la suite de l’examen des données disponibles auprès des autorités nationales compétentes, la Commission européenne a déclenché une procédure d’arbitrage suivant l’article 31 de la Directive 2001/83/CE, telle que modifiée, le 17 décembre 2004. La CE a demandé au CHMP son avis sur le bien-fondé d’un maintien, d’une modification, d’une suspension ou d’un retrait de l’autorisation de mise sur le marché des spécialités pharmaceutiques contenant les principes actifs sus-mentionnés.

Le CHMP a examiné les données fournies par les titulaires d’AMM ayant trait au signal de comportements suicidaires chez les enfants et les adolescents. Le CHMP a conclu qu’une mise en garde rapportant que des comportements de type suicidaire (tentative de suicide et idées suicidaires) et de comportement hostile (principalement agressivité, comportement d’opposition et colère) étaient plus fréquemment observés au cours des études cliniques chez les enfants et adolescents traités pas antidépresseurs par rapport à ceux traités par placebo, devait être incluse dans les Résumés des Caractéristiques du Produit, ainsi que dans la rubrique concernée des Notices du Produit des spécialités pharmaceutiques contenant du citalopram, de l’escitalopram, de la fluoxétine, de la fluvoxamine, de la miansérine, du milnacipran, de la mirtazapine, de la paroxétine, de la reboxétine, de la sertraline et de la venlafaxine.

Le Comité a également conclu qu’une mise en garde distincte serait plus appropriée pour l’atomoxétine, ce produit étant uniquement indiqué dans le traitement du TDAH. Le CHMP a considéré qu’aucun signal d’augmentation du risque de comportement de type suicidaire n’était présent dans les études portant sur l’atomoxétine. Toutefois, un signal était noté en faveur d’une augmentation du risque de troubles du comportement avec plus d’effets de type agressivité et comportement hostile. Par conséquent, le CHMP a conclu qu’une mise en garde rapportant qu’un comportement hostile (principalement agressivité, comportement d’opposition et colère) et une labilité émotionnelle étaient plus fréquemment observés au cours des études cliniques chez les enfants et adolescents traités par atomoxétine par rapport à ceux traités par placebo, ainsi qu’une mise en garde indiquant l’absence d’efficacité du produit dans la dépression devaient être incluses dans les Résumés des Caractéristiques du Produit et dans la rubrique concernée des Notices du Produit des spécialités pharmaceutiques contenant de l’atomoxétine.

MOTIFS DE MODIFICATION DES RÉSUMÉS
DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

Considérant que
- Le Comité a pris en compte la saisine en vertu de l’article 31 de la Directive 2001/83/CE, telle que modifiée, concernant les spécialités pharmaceutiques contenant de l’atomoxétine, du citalopram, de l’escitalopram, de la fluoxétine, de la fluvoxamine, de la miansérine, du milnacipran, de la mirtazapine, de la paroxétine, de la reboxétine, de la sertraline et de la venlafaxine ;

- Le Comité, au vu des données disponibles issues des études cliniques, a conclu qu’il existait un signal de comportement de type suicidaire, comprenant des tentatives de suicide et des idées suicidaires et/ou des comportements associés tels que automutilation, comportement hostile et labilité émotionnelle chez les enfants et adolescents traités par Inhibiteurs Sélectifs de la Recapture de la Sérotonine et Inhibiteurs de la Recapture de la Sérotonine et de la Noradrénaline, tels que les médicaments sus-mentionnés ;

- Le Comité, en conséquence, a conclu qu’une mise en garde rapportant que des comportements de type suicidaire (tentatives de suicide et idées suicidaires) et un comportement hostile (principalement agressivité, comportement d’opposition et colère) avaient été plus fréquemment observés au cours des études cliniques chez les enfants et adolescents traités par antidépresseurs par rapport à ceux traités par placebo, devait être incluse dans les Résumés des Caractéristiques du Produit et la rubrique concernée des Notices du Produit des spécialités pharmaceutiques contenant du citalopram, de l’escitalopram, de la fluoxétine, de la fluvoxamine, de la miansérine, du milnacipran, de la mirtazapine, de la paroxétine, de la reboxétine, de la sertraline et de la venlafaxine.

- Concernant l’atomoxétine, laquelle est uniquement indiquée dans le traitement du TDAH, le Comité a conclu qu’une mise en garde rapportant qu’un comportement hostile (principalement agressivité, comportement d’opposition et colère) et une labilité émotionnelle avaient été plus fréquemment observés au cours des études cliniques chez les enfants et adolescents traités par atomoxétine par rapport à ceux traités par placebo, ainsi qu’une mise en garde indiquant l’absence d’efficacité dans la dépression, devaient être incluses dans les Résumés des Caractéristiques du Produit et dans la rubrique concernée des Notices du Produit des spécialités pharmaceutiques contenant de l’atomoxétine.

Le CHMP a recommandé le maintien des Autorisations de Mise sur le Marché des spécialités pharmaceutiques mentionnées en Annexe I pour lesquelles les modifications des rubriques concernées du Résumé des Caractéristiques du Produit et des Notices du Produit sont définies respectivement à l’Annexe III et à l’Annexe IV.

ANNEXE IV

MODIFICATIONS DE LA NOTICE DU PRODUIT

IV.I MODIFICATIONS À INCLURE DANS LA RUBRIQUE CONCERNÉE DE LA NOTICE DU PRODUIT CONCERNANT LA FLUOXÉTINE, LA FLUVOXAMINE, LA SERTRALINE, LA PAROXÉTINE, LE CITALOPRAM, L’ESCITALOPRAM, LA VENLAFAXINE, LA MIANSÉRINE, LE MILNACIPRAN, LA REBOXÉTINE ET LA MIRTAZAPINE
[........]
Utilisation chez l’enfant et l’adolescent de moins de 18 ans

[Nom de Fantaisie] ne doit habituellement pas être utilisé(e) chez les enfants et adolescents de moins de 18 ans (à l’exception des patients présentant [indication autorisée]). Il est également important de savoir que les patients de moins de 18 ans présentent un risque accru d’effets indésirables, tels que tentative de suicide, pensées suicidaires et comportement hostile (principalement agressivité, comportement d’opposition et colère) lorsqu’ils sont traités par cette classe de médicaments. Néanmoins, il est possible que votre médecin décide de prescrire [Nom de Fantaisie] à des patients de moins de 18 ans si il/elle décide que c’est dans l’intérêt du patient. Si votre médecin a prescrit [Nom de Fantaisie] à un patient de moins de 18 ans et que vous désirez en discuter, adressez-vous à lui. Vous devez informer votre médecin si l’un des symptômes énumérés ci-dessus apparaît ou s’aggrave lors de la prise de [Nom de Fantaisie] par un patient de moins de 18 ans. Vous devez également savoir que la sécurité à long terme concernant la croissance, la maturation et le développement cognitif et comportemental de [Nom de Fantaisie] n’a pas encore été établiedans cette tranche d’âge.
[........]

IV.2 MODIFICATIONS À INCLURE DANS LA RUBRIQUE CONCERNÉE DE LA NOTICE DU PRODUIT CONCERNANT L’ATOMOXÉTINE
[........]
Les patients de moins de 18 ans présentent un risque accru d’effets indésirables tels que comportement hostile (principalement agressivité, comportement d’opposition et colère) et labilité émotionnelle. Si l’un de ces symptômes apparaît ou s’aggrave après le début du traitement, vous devez en informer votre médecin. Vous devez également savoir que, comme avec les autres traitements psychotropes, la possibilité rare que des effets indésirables psychiatriques graves surviennent ne peut être exclue. Vous devez également savoir que la sécurité à long terme sur la croissance, la maturation et le développement comportemental et cognitif de [Nom de Fantaisie] n’a pas encore été établie dans cette tranche d’âge.
[........]

Source : © Communautés européennes, 1995-2006 European Commission, Enterprise and Industry, Pharmaceuticals, Register, Huma Referrals, SSRIs-NNRIs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alter



Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: les neuroleptiques et leurs effets secondaires graves   Jeu 14 Déc - 13:22

Le figaro

Les parlementaires dénoncent l'usage excessif des psychotropes

La consommation est deux fois plus importante en France qu'en Europe, avec des effets secondaires non négligeables.

UN RAPPORT de l'Office parlementaire d'évaluation des politiques de santé rendu public hier au Sénat s'inquiète de la surconsommation en France des médicaments psychotropes (tranquillisants, antidépresseurs, somnifères...). […]

Ce travail parlementaire […] confirme la persistance d'une situation exceptionnelle de la France par rapport à ses voisins : la part de la population ayant pris un psychotrope au cours des douze derniers mois est deux fois supérieure à la moyenne des pays voisins. Avec quelques nuances, puisque la durée moyenne de consommation est plus faible chez nous que dans les autres pays. Les femmes en usent deux fois plus souvent que les hommes, les personnes âgées bien plus que les jeunes.

Le recours aux psychotropes déjà relevé dans les années 1980 n'a fait qu'empirer: le montant des remboursements de l'assurance-maladie pour ces produits est estimé en 2004 à un milliard d'euros, alors qu'en 1980 il était de 317 millions d'euros. Une croissance liée à la fois à une augmentation des volumes prescrits et au coût accru des nouvelles molécules. Par ailleurs, un fait est particulièrement notable : les antidépresseurs représentent aujourd'hui plus de 50% des ventes, contre 25% en 1980, alors que celles des anxiolytiques et des hypnotiques sont restées stables. […]

Par ailleurs, l'usage des psychotropes est souvent incorrect : 80% sont délivrés par des généralistes qui ne respectent pas toujours les recommandations professionnelles et les limitations de durée de prescription. «La moitié des personnes consommant des antidépresseurs et plus de deux tiers de celles ayant des anxiolytiques et hypnotiques ne présentent pas de troubles psychiatriques relevant d'une telle indication, souligne ce travail. Inversement, moins d'une personne sur trois souffrant de dépression bénéficie d'un traitement approprié. Le niveau élevé de la consommation française n'implique donc pas une meilleure couverture des besoins sanitaires.» […]

«Du fait de la proportion importante de personnes exposées à ces médicaments, une augmentation même minime du risque de détérioration cognitive pourrait générer un nombre significatif de cas de démence, avec de larges répercussions sur la santé des populations âgées», précise le document.

Pour ce qui est des antidépresseurs, quelques essais thérapeutiques ont suggéré un risque accru d'idées suicidaires, chez les enfants et les adolescents en particulier. Les parlementaires estiment cependant que le rapport bénéfice/risque reste favorable pour les malades souffrant de dépression, une maladie à risque de suicide bien plus élevé que celui que représente les antidépresseurs. Enfin, les psychotropes ont été impliqués dans les accidents de la voie publique et les chutes des personnes âgées, sans que cela soit parfaitement documenté.

Publié le 30 juin 2006
© Martine Perez
Source : lefigaro.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: les neuroleptiques et leurs effets secondaires graves   Aujourd'hui à 20:22

Revenir en haut Aller en bas
 
les neuroleptiques et leurs effets secondaires graves
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alterpsy :: ALTERPSY - une alternative pour les patients en psychiatre :: Critique de la psychiatrie ; Justice-
Sauter vers: