Alterpsy

Une alternative pour les patients en psychiatrie
 

Alterpsy a malheureusement perdu ses animateurs
Pour poursuivre l'action et l'information autour de la psychiatrie : psychoéducation, DSM-IV en ligne pour tous, action contre la contention mécanique et les abus divers : Neptune prend le relai de ce site depuis l'été 2013
(ceci n'est pas une publicité)

Neptune Bibliotheque Entraide Action sur Troubles Psy
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Fridom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alter



Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Fridom   Lun 27 Nov - 10:46

donc je reprends la chose de ce qui s'est dit sur serpsy :

"
Citation :


papy
Nouveau membre


pour le tfe



comprendre le fait d'un isolement dans une chambre, chez un jeune déficient, il n'avait le droit que de sortir pour la toilette, et le repas, pas le droit de se retourner à table(manger face à un mur) pas le droit de parler. Ce jeune déficient est agressif envers les autres patients et l'équipe soignante. Ce protocole a été mis en place par le médeçin et les autres soignants. Je pense qu'il doit y avoir d'autres alternatives.
j'aimerai que l'on m'apporte différents avis sur ce cas et différentes réflexions sur les alternatives.
papy




Hors ligne




Fridom
Membre


Re: pour le tfe



Bonjour,

Les alternatives sont ciblées. Il est impossible de répondre à la question avec les seuls éléments fournis.
Un jeune déficient ... Il n'est connu que par ses limites, que par ce qui peut passer pour une pathologie.
Ce JD est agressif avec les autres patients (agressif comment ?)
avec l'équipe soignante (agressif comment, l'est-il de la même manière avec les uns et les autres).
S'agit-il réellement d'agressivité ?
Autrement dit réagit-il comme il le ferait devant un obstacle dressé sur son passage, comme un seau dans lequel on donne un coup de pied pour passer, ou réagit-il face à un autre, comme lui ou différent de lui ?
Il n'est décrit que par ses troubles du comportement.
Il ne serait que troubles du comportement ou il existe des circonstances où il n'en manifeste pas.


La pemière alternative est de faire connaissance. S'il n'est qu'une brute violente, pas d'alternative possible.


S'il est un être humain avec des goûts, des envies, des choses qu'il aime, des phrases rituelles; s'il a une histoire, des parents, des frères et soeurs, une épaisseur quoi, des alternatives sont imaginables.
Aime-t-il la crème de marron ? Reste-t-il longtemps sous le jet de la douche ? A-t-il des rituels ?
Peut-être a-t-il un prénom ?
Qu'est-ce qui provoque son "agressivité" ? Comment réagit-il au changement ? Etc.
Comment supporte-t-il le regard de l'autre ?
A vous lire,




Fridom

Dernière modification par Fridom (16-11-2006 16:18:26)

Fridom m'a donc répondu en MP concernant cette intervention, m'accusant d'avoir tronqué son message ! NON JE L'AVAIS CITÉ EN ENTIER, j'avais juste omis de citer le membre "FRIDOM"

Fridom en MP

Citation :
A vouloir noyer son chien on l'accuse de la rage.
Que vous mettiez en cause mes réponses sur serpsy, pourquoi pas je ne suis pas infaillible et je peux passer à côté, mais que vous le fassiez en détachant une phrase de son contexte et en caricaturant mes propos, je ne suis pas d'accord.
Je partage votre point de vue à propos de ce jeune homme et ce que j'écris, pour de vrai, va dans le même sens. Il suffit simplement de lire attentivement ce que j'ai écrit sans faire une lecture idéologique.

J'ai pas fait de lectures idéologiques. Vous proposez deux alternatives :

1) soit c'est une brute, dans ce cas aucune alternative n'est possible concernant la mesure de la chambre d'isolement
2) soit c'est un être humain, .. avec une famille et co, et des alternatives sont envisageables

Je ne vois pas en quoi ma lecture aura été idéologique. Ni en quoi j'aurais tronqué vos propos, ni caricaturé vos dires : je me suis contenté de les citer ici.

papy a posté ici en disant :

"je ne critique pas, mais je veux comprendre" en reprenant son texte

il voulait savoir quelles étaient les alternatives à la chambre d'isolement. Et vous répondez qu'il n'y a pas d'alternative au cas où cette personne serait une brute.

C'est tout. Il ne comprenait pas le fait de la chambre d'isolement, se demandant s'il n'y avait pas d'alternative à son recours.

Fridom (dans sa réponse en mp)

Citation :
Poursuivons.
"La première alternative est de faire connaissance."
Malgré son questionnement l'étudiant, dans ce qu'en livre son message, n'a pas fait connaissance avec le jeune homme. La première étape est de faire connaissance. Quand vous faites connaissance avec quelqu'un, vous faites quoi d'après vous ? Vous le considérez comme une brute ou vous nouez une relation avec lui ? Vous ne pouvez pas considérer quelqu'un avec qui vous faites connaissanc comme une brute. C'est impossible.


Hm... ce gars fait un travail sur une personne internée. Il ne va pas se mettre à décliner son nom, prénom et parler des goûts en question du mec qui se trouve en chambre d'isolement.

Je ne sais pas qui tient une langue de bois, ici. Vous ? ou moi ?

Et je vous recite :

Citation :
La pemière alternative est de faire connaissance.

1) S'il n'est qu'une brute violente, pas d'alternative possible.



2) S'il est un être humain avec des goûts, des envies, des choses qu'il aime, des phrases rituelles; s'il a une histoire, des parents, des frères et soeurs, une épaisseur quoi, des alternatives sont imaginables.

donc ????

vous continuez en disant en MP :

Citation :
Poursuivons.
"S'il n'est qu'une brute violente, pas d'alternative possible." C'est clair. Je n'en retranche pas un mot. Chaque fois qu'on considère un individu comme une brute violente, on ne peut pas faire autrement que l'enfermer. Relisez bien ce passage. C'est une conjontion bien particulière que ce "si" élidé. S'il n'est qu'une brute violente. Je n'ai pas écrit "il n'est qu'une brute violente" J'ai écrit d'abord faire connaissance et après avoir fait connaissance, s'il n'est qu'une brute violente. Je considère que ce jeune homme est considéré de fait comme une brute violente. C'est pour cette raison qu'il est enfermé. C'est pour cette raison qu'il est enfermé d'ailleurs. C'est pour cette raison que des gens sont enfermés. On ne voit en eux que la fou, que la violence, que le trouble du comportement et rien d'autre. C'est contre cela qu'il faut se battre. Vous vous battez contre cela et en cela vous avez droit à mon respect. Mais de grâce, ne le faites pas en déformant mes propos.

D'accord, dans ce cas là je vais vous poser une question !
qu'est-ce que vous vous faites pour que les chambres d'isolement n'existent plus. Combien de personnes avait vous mis manu militari en chambre d'isolement durant votre carrière ??!!!!!!!!!!! Combien de fois êtes vous intervenu près d'un médecin qui voulait mettre en chambre d'isolement un patient dont vous aviez la charge, en lui disant : "c'est pas une brute, d'autres alternatives sont possible, moi, son infirmier traitant m'oppose à ce isolement en chambre fermée" ??!!!!????

Combien de vois êtes vous aller voir dans le cadre de l'exercice de vos fonctions un médecin pour lui suggérer qu'il faut mettre X ou Y en chambre fermée ?!

répondez moi à cela

je ne suis pas ici pour jouer sur les mots

à vous lire

ps. votre raisonnement reste malgré tout choquant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alter



Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Fridom   Lun 27 Nov - 10:57

le fin mot de votre message :

Citation :
P.S. La prochaine fois qu'une de mes réponses vous scandalise, n'hésitez pas à me le faire savoir. Je n'ai jamais refusé le débat. Cela vous évitera de vous engluer dans le crapoteux.

je ne m'englue pas, contrairement à vous. Vous répondre sur serpsy, cela m'aura tout au plus valu un bannissement illico presto. Donc c'est pas là-bas qu'on aurait pu dialoguer - il ne faut pas rêver non plus. Soyons réalistes !!!! La censure y est de mise...


Citation :
P.P.S.
J'attends de vous que vous me fassiez savoir que mon droit de réponse a bien été incorporé en vis-à-vis de votre message. Cet échange a été dûment enregistré. Il ne servirait à rien d'ôter la séquence.

il ne sert à rien de faire son parano. Alterpsy contrairement à serpsy, censure très peu. C'est tout à l'honneur de la politique d'alterpsy et distingue autrement alterpsy de serpsy.

Car ici au moins on peut "dia"-loguer. Alors que sur serpsy, c'est la pensée unique qui a cours. Donc estimez vous heureux d'être sur alterpsy (alors qu'on est des deux côtés de la barrière), car sur serpsy on vous aurais bouclé et censuré, en tant que contradicteur gênant. Les fous sont mal vu là-bas. Neutral Il faut croire que les fous sont plus tolérants que leurs tenanciers ....

Au moins je cite votre réponse, alors que d'autres membres ont déjà exigé votre bannissement !

Et avouez que je n'ai nullement tronqué le message d'origine que vous avez laissé sur serpsy. Vous tentez de polémiquer... de vous faufiler... d'accord. mais... à ce moment là, dites moi :

" combien de personnes avez vous même été amené à mettre en chambre fermée ?! combien de fois avez vous demandé qu'on ne mette pas un patient en chambre fermée ?! (et donc à les réduire au statut de brute (cad. il n'est plus un humain, si on suit votre raisonnement) combien de fois avez vous plaidé la chambre fermée dans votre carrière ?! avez-vous déjà désobéi à un médecin dont vous constatiez qu'il déraillait complètement face à un patient ??? est-ce que vous vous êtes DEJA MOUILLÉ pour des patients ?!!!!"

Ca c'est du concret. Je n'aime pas jouer les mots.

pps. qu'avez vous fait (je parle des infirmiers) à ces gens qui ici sont carrément blessées par l'apparition d'un infirmier ?!?? expliquez moi cela aussi !
Ils ne sont quand même pas tous parano ici. Donc, il faut bien que les infirmiers sont loin d'exercer leur charge comme il faut...

Personnellement, j'ai été à l'origine de la mise à pied d'infirmiers abusifs. Le directeur me demandait de dénoncer par écrit les abus constatés !!!!!! les autres infirmiers se sont alors vengés mesquinement sur moi. J'ai dénoncé ces infirmiers non pas par esprit de vengeance personnelle, mais par que le citoyen en moi était profondément choqué et blessé.
Il y avait un infirmier débordant de testorérones, qui voulait carrément me mettre en morceaux, parce que sa copine avait disparu (elle faisait régner la terreur là-dedans une fois là nuit tombée.. et on était tous très stressés - ça ne devrait pas avoir lieu dans un hôpital : des infirmiers qui tyrannisent leurs patients au point qu'ils en sont tout secoués). Je disais à cet infirmier qui pétait vraiment un plomb, parce que je faisais régner un peu de "société de droit" là-dedans : "faites ! vous ne ferez qu'aggraver votre cas".
J'en ai vu des violences là-dedans perpétrées par des infirmiers. Des fois je me disais : "ils ne fonctionnent pas comme les personnes normales, dehors." ... que de l'arbitraire, que des abus et une bonne dose de stupidité au point que cela me faisait siffler les oreilles...
Et croyez-moi... sur environ 60 infirmiers, j'en ai croisé que 4 de valables. ....

donc.... ????????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
qwert



Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Fridom   Lun 27 Nov - 11:50

salut Alter,
je ne comprend pas pourquoi tu t'empêtres avec les infirmiers psychiatriques de serpsy dont la seule tâche est de distribuer à l'hôpital des gobelets de neuroleptiques et à rapporter au psychiatre, qui n'est pas souvent dans le service car lui gagne confortablement sa vie,les faits et gestes du patient afin d'ajuster les doses de psychotropes. ça va te bouffer de l'énergie pour rien.
Nous avons beaucoup mieux à faire comme par exemple nous entraider, parler de nos vécus, dénoncer les traitements forcés ou les électrochocs, dénoncer les effets paradoxaux des psychotropes, surveiller l'évolution de la psychiatrie vers la génétique qui amènera des violences encore pires.
virez fridom. Il n'a pas sa place içi. Dans les associations féministes, il n'y a aucun homme, dans les associations de psychiatres, il n'y a aucun patient, les patients n'ont pas accès au Vidal,même bernard Kouchner limite les abonnements à son journal médical aux praticiens, le métier d'infirmier psychiatrique est en train de disparaitre ou d'être réduit à portion congrue. virez fridom donc.


Dernière édition par le Lun 27 Nov - 12:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alter



Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Fridom   Lun 27 Nov - 11:56

c'est que je me dis que dialoguer avec eux ici dehors dans un cadre d'une société de droit où ils ne peuvent pas devenir abusif quand tes avis sont en discordance avec les leurs, ça peut les rendre moins cons Wink

ne t'inquiète ! ils ne vont pas pouvoir venir me molester ou shooter de psychotropes, parce que je rapporte leurs dernières "prouesses" et que je dénonce ce qu'il y a à dénoncer.

Un peu de bon sens est une thérapie pour certains d'entre eux Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
qwert



Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Fridom   Lun 27 Nov - 12:15

oui, mais fridom est le paradigme de l'infirmier psychiatrique. Il a un psychisme d'abuseur. De la même façon que l'on ne donne pas des cours d'éducation sexuelle aux violeurs, on ne donne pas des cours de "psychiatrie humaine" à des gens qui ont fait carrière dans l'institution. Ce n'est même pas la peine de lui demander s'il a déja assisté à une séance d'électrochocs ou s'il a travaillé à l'hôpital St Anne. virez le.


Dernière édition par le Lun 27 Nov - 12:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alter



Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Fridom   Lun 27 Nov - 12:15

t'en est où pour les recherches sur les électrochocs ? tu nous mets le dossier ?

pour ceux qui ne savent pas, ça se pratique encore

c'est comme si vous alliez voir votre psy en lui disant que vous êtes bien dérangé et il va vous prescrire de mettre 5 fois par jour votre doigt dans une prise électrique :)

des gens sont torturés à l'électricité. - ça s'est vu dans toutes les dictatures, donc je ne vois pas pourquoi il reste encore certains irréductibles qui pensent que cela puisse avoir des effets bénéfiques sur une personne

vas savoir qui SONT LES VRAIS FOUS ? ! ;)

ps. fridom aura du mal à me retourner le cerveau
car je m'y connais question "rhéteurs" : ils sont légions parmi les psychiatres et les infirmiers en psychiatrie et j'ai failli rendre dingue une médecin, car elle n'y arrivait pas ... looooool
qu'il me dise ce que lui il a réellement fait dans son boulot ! - et là on aura vite fait le tour de la question

j'attends pandorre et dupagne
on va bien se marrer


Dernière édition par le Lun 27 Nov - 12:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
qwert



Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Fridom   Lun 27 Nov - 12:24

oui, mais s'il a électrochoqué, il ne te le dira pas. Tu rêves !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alter



Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Fridom   Lun 27 Nov - 12:35

suite de ma réponse au message que fridom m'a laissé en mp (en fait je vais totu coller un jour pour le publier d'une traite, mais j'en ai pas trop le temps là)

fridom dit :

"
Citation :
Mais poursuivons cette explication de texte.
"S'il est un être humain avec des goûts, des envies, des choses qu'il aime, des phrases rituelles, s'il a une histoire, des parents, des frères et soeurs, une épaisseur quoi, des alternatives sont imaginables."
D'après vous, ça consiste en quoi faire connaissance sinon à chercher les goûts, les envies, les choses que le patient aime, les phrases rituelles, l'histoire privée et familiale ? Chaque fois que l'on cherche à faire connaissance, chaque fois que l'on trouve des goûts, des envies, une histoire, la personne stigmatisée quitte le rang du non-humain, de la violence, du symptôme, de l'isolement pour pouvoir être comprise. Quand on est confronté à la violence institutionnelle, c'est toujours de cette façon qu'on procède.

J'ai pas encore vu une personne qui n'ait pas eu d'histiore ! et même si sa famille est morte... serait-ce pathogène ? car j'ai aussi constaté qu'en psychiatrie, le fait d'être au chômage ou d'être pauvre sont considérés comment étant très pathogènes (pour les psychiatres, bien sûr). Etre orphelin, aussi. Même si t'as beau être normal. (pas tous les orphelins ne finissent psychiatrie - bien au contraire)

ps. il est "superbe" ton rang initial "de non-humain".

[A moi qui ai été en HO un infirmier imprudent me disait : "le jour où vous aurez atteint le statut de patient, vous aurez le droit de vous plaindre". Imprudent pouquoi ? le directeur n'était pas d'accord avec cette réflexion. Mais on vient comment raisonnent les infirmiers...
j'étais quoi ? ni un patient, ni un prisonnier. NON J'ETAIS RIEN !]

tu me rappellles les Romains qui appelaient ceux qui leurs étaient étrangers "barbares" ? "barbare" ou "brute" - cela revient au même in fine. (étant donné l'évolution de la sémantique du mot "barbare" qui est devenu synonyme de "brute")
est-ce que si tu ne connais pas ta boulangère, tu vas commencer à la juger en commançant par le rang "non-humain" ?!

est-ce que tout ce que toi ou un psychiatre n'est pas capable de comprendre - faute d'intelligence suffisamment fine - justifie qu'une personne tombe au rang de "non-humain" ? si tu m'avais entre tes mains en tant que patient et que je refuserais pas pudeur de parler de mon histoire ? tu me classifierai "non-humain" ? Dois-t-on se foutre à poil devant un infirmier ou un médecin pour lui montrer le fin fond de son rectum... afin d'éviter des maltraitances ?!

Moi comme toute personne normale ici dans cette société pense que on est d'office UN ÊTRE HUMAIN. donc... désolé, mais tu t'embourbes ! ton raisonnement est et reste CHOQUANT ! et... tu fais de la mauvaise pub pour ton corps professionnel ;)

puis sincèrement... j'ai jamais encore vu de personne qui n'a pas d'histoire. Car on évolue tous dans la dimension spatio-temporelle.

ce que tu exposes là... cela peut s'apparenter à des débats qui ont pu se tenir il y a deux siècles consistant à savoir si les noirs ou les indigènes étaient des humains. Ou bien l'église qui en 18 .. je ne sais plus quand a décidé PAR VOTE que la FEMME AVAIT UNE ÂME !

c'est ton entrée matière qui ne va pas : tout ce que tu ne connais pas ? est un "non-humain" ?

espérons que tu disposes d'une intelligence foudroyante, car à ce moment là il faut avoir peur que tu ne comprennes pas tout ... et celui qui en prend, c'est le patient !!!!!!!!!!!!! et ce parce que tu es réduit dans ta compréhension !

en fait oui.... je reconnais bien l'infirmier. je le concède.

ps. toute personne est un ÊTRE HUMAIN ! d'office, dès sa naissance

donc ne fais pas comme les Romains en stigmatisant de brute une personne, parce que tes facultés cognitives et empathiques t'empêchent de l'appréhender.

ps. même la personne la plus déficiente qui soit a une épaisseur.
Ce sont plutôt les infirmiers qui manquaient de consistance et d'épaisseur. Je ne te dis pas le tas d'illogismes que j'ai pu entendre en l'espace de quelques mois là-dedans. ils ne venaient pas des soi disant "fous", mais des infirmiers et de pas mal de médecin

je te laisse réfléchir


Dernière édition par le Lun 27 Nov - 12:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
qwert



Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Fridom   Lun 27 Nov - 12:43

alter a écrit:
t'en est où pour les recherches sur les électrochocs ?
ce qui m'intéresse en ce moment, suite à la mort de Schizan à 46 ans, c'est le fait que les neuroleptiques diminuent l'espérance de vie des psychotiques,
principalement à cause des dérèglements cardiaques qu'ils induisent (allongement du QT, brachycardie, dystonie du thorax,...). On pourrait parler de crimes légaux commis sur un groupe minoritaire (nous).


Dernière édition par le Lun 27 Nov - 12:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alter



Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Fridom   Lun 27 Nov - 12:47

ben... précise le truc du QT pour les autres, car je croule sous une surcharge de travail
je pense ouvrir une rubrique neuroleptiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fridom



Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: Fridom   Mar 28 Nov - 0:30

Cher Alter,

J'exerce la profession d'infirmier, j'ai donc la rage. Cela devrait mettre fin à cet échange de messages.

Je ne vous ai pas accusé d'avoir tronqué mon message, j'ai très exactement écrit que vous aviez détaché une phrase de son contexte et caricaturé mon message, j'ai également écrit que vous en faisiez une lecture idéologique.
Je ne propose pas deux alternatives mais beaucoup plus. Que vous ne puissiez vous en rendre compte est dommage et montre bien votre lecture idéologique.
Vous maintenez votre position malgré mon explication. C'est votre droit, c'est votre conviction et je ne vois pas comment nous pourrions continuer à échanger là-dessus.
De fait dans son message, Papy ne considérait pas le jeune homme comme un être humain mais comme quelqu'un en proie à des troubles du comportement. Vous ne reprenez pas cette partie de mon message. Il faudrait pour comprendre cela que vous ayez lu le Foucault de Naissance de la clinique.
J'ai écrit que la première alternative est de faire connaissance. Ce n'est pas une alternative ça ?
Tous vos messages le disent. Les infirmiers ne cherchent pas à faire connaissance. On vous réveille comme on réveillerait des chiens. Faire connaissance c'est la base. C'est la seule chose qui peut donner un côté humain aux soins.
Papy ne fait pas un travail sur une personne internée mais sur une situation qui l'interroge. Il n'est pas le premier étudiant à poser ce type de problème, ni le dernier. Les étudiants rapportent des éléments de vie de la personne, des choses qui sortent de la description de la pathologie. Si l'isolement les choque, c'est qu'ils ont perçu quelque chose qui échappe à la pathologie.
J'ai répondu à suffisamment d'étudiants, accompagné suffisamment de Travaux de fin d'étude pour pouvoir l'affirmer. Langue de bois ou pas langue de bois, je pense avoir plus d'expérience que vous de ce genre de choses.
Qu'est-ce que je fais pour que les chambres d'isolement n'existent plus ?
J'ai écrit des dizaines d'articles, publié un livre sur le sujet dont le titre est "Isolement en psychiatrie : séquestration ou soin ?", j'ai participé à des dizaines de congrès sur ce sujet. J'ai été invité au Québec par une association d'usagers qui a repris mes travaux sur la question, en Grande-Bretagne, en Irlande, aux Pays-bas, soit beaucoup plus que ce que vous-même ferez jamais. Avec une de mes collègues nous avons déclenché un scandale Outre-Atlantique contre une mesure de contention barbare. La presse s'en est emparée et pour autant que je le sache, l'espèce de truc a été supprimé.
Je travaille dans un établissement qui a banni cette pratique. Sommé par le préfet de fermer à clé une unité parce que des gens hospitalisés en H.O. se sauvaient, les trois syndicats de ces minables d'infirmiers sur lesquels vous crachez se sont mobilisés contre, tout comme les psychiatres d'ailleurs et le préfet a dû reculer.
Le procès que vous tentez de me faire ne tient pas, cher Alter.
Les alternatives nous en connaissons des dizaines. Et lorsque je réponds à l'étudiant je parle en connaissance de cause. D'abord faire connaissance. C'est l'essentiel. Et lorsque l'on fait connaissance il n'y a plus de brute.
Je ne suis pas là non plus pour jouer sur les mots.
C'est tellement plus facile de penser que tous les infirmiers sont des brutes, qu'ils n'écoutent pas les patients.

Sur serpsy, nul n'a été banni pour avoir argumenté. Ont été censurés les messages d'insultes ainsi que la loi nous en fait obligation. Comme vous le faites vous-mêmes avec les messages de Night, comme Schizan le faisait avec d'autres messages d'insultes.
Par ailleurs, si j'ai pu vous écrire en MP, vous auriez pu le faire également. Je vous aurais répondu personnellement.
Je n'oppose pas serpsy et alterpsy que je trouve très bien. J'avais eu l'occasion de parler de ça avec Schizan qui ne crachait pas sur serpsy. Il y avait des liens réciproques sur les deux sites.
Sur serpsy, nul ne m'aurait censuré. En général on répond, on argumente, comme je suis en train de le faire avec vous. Quant à ne pas aimer les fous, serpsy est un des seuls sites où des soignants, des fous, des familles de fous cohabitent et échangent.
On peut mesurer votre tolérance à la teneur des messages qui suivent. "Petit infirmier" est assez tolérant me semble-t-il. D'autres membres ont exigé mon bannissement. Qu'ai-je donc fait pour être banni ? J'ai insulté quelqu'un ? Je ne fais que répondre à une mise en accusation. Si vous prétendez donner des leçons de démocratie, c'est mal barré.
Je ne polémique pas. J'ai écrit une réponse à un étudiant sur un autre site, réponse que vous avez copier-coller et caricaturez. Vous me mettez en cause. La moindre des choses est que vous publiez ma réponse. Si vous ne le faites pas, ce ne serait même pas une question de censure, mais friserait la diffamation.
Je ne me faufile pas puisque je suis là à vous répondre. Vous ne pouviez pas savoir que j'avais écrit un mémoire de DEA sur la chambre d'isolement, que les seuls textes critiques de soignants sur ce thème sont ceux que j'ai écrits et que pour cette raison je suis amené à intervenir régulièrement contre cette pratique.
Bien sûr que les infirmiers n'exercent pas tous leur charge comme il se devrait. Bien sûr qu'il y a des brebis galeuses. Comme il y a des garagistes escrocs et des avocats véreux.
Mais il y a aussi des infirmiers de qualité qui sont à l'écoute, il y a aussi des infirmiers qui se battent contre l'isolement, contre l'enfermement, contre la violence. Il y aussi des infirmiers qui refusent d'obéir aux ordres des médecins.
Il m'est aussi arrivé de dénoncer des pratiques indignes. J'ai des collègues qui l'ont fait. Une a été mise à pied trois mois. Une autre a été obligée de changer de métier un temps. La clinique psychiatrique dont elle dénonçait les pratiques appartenait à un potentat local qui avait la haute main sur toute la région.
J'ai été attaqué jeune pour diffamation du corps infirmier.
Mais que croyez-vous ?
Dans quel monde manichéen vivez-vous ?
Il y a des infirmiers garde-chiourme et il y a des gens humains, à l'écoute. A généraliser les violences des soignants comme si elles émanaient de toute la profession vous contribuez à entretenir cette violence. Il serait beaucoup plus intéressant de se demander pourquoi certains font leur travail correctement et pas d'autres. Ce serait plus dynamique. Sauf si la diabolisation des infirmiers s'inscrit dans une idéologie.
Nous faisons beaucoup d'autres choses que de distribuer des neuroleptiques, ce qui représente une part infime de mon activité. Il m'arrive de passer des semaines sans donner de traitement. Nous allons voir les gens chez eux aussi. Il m'arrive de donner un coup de main pour la vaisselle et le ménage. Nous accompagnons les gens faire leurs courses. Nous organisons des séjours en montagne. Un de mes collègues revient de trois jours passés en montagne avec nuit dans un gîte. D'autres organisent des courses de bateaux. Nous participons à la création de groupe d'entraide que nous quittons quand les gens peuvent se passer de nous. L'essentiel de mon temps consiste en entretiens duels avec les personnes que je suis.

Je suis d'accord avec vous. Je n'ai rien à faire sur votre forum tant que vous ne copiez-collez pas mes réponses sur serpsy et ne les caricaturez pas. Vous êtes venus me chercher, vous m'avez.

En ce qui concerne les électrochocs, j'ai aussi écrit un livre critique sur cette pratique.

Cordialement,

Fridom

P.S. Je ne connais pas votre forum, je n'avais pas trouvé le message "fridom". Si je l'avais vu, si vous m'aviez indiqué que vous l'aviez créé, je vous aurais directement répondu là.
Que voulez-vous en tant qu'infirmier je suis très con.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alter



Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Fridom   Mar 28 Nov - 8:08

Citation :
Sur serpsy, nul n'a été banni pour avoir argumenté.
mort de rire... le mot "alterpsy" était censuré !!!! vous ne vous en souvenez pas ?! vous raté un épisode... c'était il y a deux mois...

Citation :
les trois syndicats de ces minables d'infirmiers sur lesquels vous crachez
euh... vous écrivez bien à moi sur ce site... donc ne dites pas que je crache... car jusqu'ici je ne vous pas encore banni...
au contraire je me donne en plus la peine de vous lire
n'en reste pas moins.. que les infirmiers en psychiatrie ont été tellement abusifs dans 99% des cas, que j'ai fait des cauchemars cette nuit ! donc s'il m'arrive de cracher... c'est pour cause ! je suis le premier à avoir souhaité à ne pas voir ce tas d'ignobles minables infirmiers. Je suis le premier à souhaiter que les choses changent. Vous pensez que cela me fait plaisir de tenir ce forum ?! non ! car il ne fait que raviver des traumatismes et chaque matin que je me lève j'ai envie de le supprimer. Donc n'abusez pas trop non plus.

Citation :
Je ne polémique pas. J'ai écrit une réponse à un étudiant sur un autre site, réponse que vous avez copier-coller et caricaturez. Vous me mettez en cause. La moindre des choses est que vous publiez ma réponse.
Je me suis dit que vous étiez suffisamment grand pour le faire vous-même !!!! sérieux ! Etant donné que vous vous étiez inscrit rien ne vous en empêchait.

Citation :
J'ai été invité au Québec par une association d'usagers qui a repris mes travaux sur la question, en Grande-Bretagne, en Irlande, aux Pays-bas, soit beaucoup plus que ce que vous-même ferez jamais.

n'ayez pas la grosse tête et ne parlez pas de choses qui vous échappent
c'est marrant : encore un infirmier qui pense savoir de quoi est fait et ma vie présente et ma vie future....

je vous lis, vous comprends.. et puis vous lâchez quand même des remarques qui révèlent l'autre côté, le côté désagréable de l'infirmier en psychiatrie

quel gâchis...

Citation :
Si vous ne le faites pas, ce ne serait même pas une question de censure, mais friserait la diffamation.
vous êtes adulte, non ? ... et il n'y a rien de diffamatoire ! j'ai le droit d'interpréter vos écrits ! sinon il vaut mieux que vous ne publiez plus rien. Car on va toujours interpréter vos mots ! désolé, mais personne n'est obligé de tolérer le terme "brute", car il est juste révélateur de comment pas mal d'infirmiers raisonnent en psychiatrie. C'est tout. Après.... j'ai compris le message, mais... ayant été victime de ces brutes d'infirmiers je ne suis pas contraint d'être d'accord avec vous. J'ai le droit de me sentir blessé.

Citation :
Bien sûr que les infirmiers n'exercent pas tous leur charge comme il se devrait. Bien sûr qu'il y a des brebis galeuses. Comme il y a des garagistes escrocs et des avocats véreux.
Mais il y a aussi des infirmiers de qualité qui sont à l'écoute, il y a aussi des infirmiers qui se battent contre l'isolement, contre l'enfermement, contre la violence. Il y aussi des infirmiers qui refusent d'obéir aux ordres des médecins.
je sais, seulement les infirmiers compétents et engagés représentent 1% du staff. Heureusement que du côté des garagistes on va dire que 5 % sont véreux/incompétents. Sinon, bonjour les accidents de la route. Le problème est que en tant que patient on est totalement à le merci de ces infirmiers, de ces 99% d'infirmiers véreux, violents, abusifs, destructeurs, frustrés et cons.
Regardez serpsy... 0,0001% des infirimiers psychiatriques français se donnent la peine de venir parler de leur boulot ! le reste n'en rien à chier des pauvres diables enfermés et maltraités verbalement et physiquement dans les asiles !!!!!!!!!!! avouez-le !

Citation :
D'autres membres ont exigé mon bannissement. Qu'ai-je donc fait pour être banni ? J'ai insulté quelqu'un ? Je ne fais que répondre à une mise en accusation. Si vous prétendez donner des leçons de démocratie, c'est mal barré.

non c'est pire que cela. Il y a des gens qui ont été maltraité par des infirmiers en psychiatrie
cette réalité semble vous échapper
vous avez beau faire le tour du monde, mais cela ne va pas vous faire faire le tour de votre cerveau.

Faites vous interner et subissez les maltraitances quotidiennes perpétrées par des infirmiers dans des asiles et peut-être que vous aurez compris quelque chose.

Citation :
Si vous prétendez donner des leçons de démocratie, c'est mal barré.
pas encore, mais il ne faut pas abuser non plus.

Citation :
Dans quel monde manichéen vivez-vous ?
Il y a des infirmiers garde-chiourme et il y a des gens humains, à l'écoute. A généraliser les violences des soignants comme si elles émanaient de toute la profession vous contribuez à entretenir cette violence.
je rêve ou quoi ? vous ne comprenez rien ! J'AI VECU DANS UN MONDE à l'envers ! LE VÔTRE ! celui que créent les infirmiers avec leur bêtise et leurs abus ! 98% des infirmiers ne foutaient rien ! RIEN ! JE L'AI VÉCU ! moi je ne vis pas dans des livres, vous qui dites avoir plus d'expérience que moi... ben je pense que en 6 mois j'ai appris des choses que vous n'en apprendrez JAMAIS !
et please... arrêtez d'émettre des hypothèses sur ma carrière, ma profession ou ma formation. Je parle ici d'un vécu. Et vous avez beau corriger 1000 TFE, le niveau reste minable ! je les ai vu les stagiaires. Vous n'allez pas me dire que c'est de l'intellectuel de haute voltige. C'est du pipi de chat.


Please, ne venez pas m'accuser d'être manichéen, car je les AI SUBIS ! subi ! - vous comprenez ce mot ?! on voit bien que c'est pas vous qui les avez SUBI ! et tout le monde les subissait ! et votre présence BLESSE certains membres ! ça vous ne comprendrez jamais !
quel est votre monde ? que de raisonner dans les termes dans lequel vous les faites ?!!!! vous parlez de choses QUE VOUS IGNOREZ ! C'EST... vous me foutez les boules. Et je n'entretiens pas cette violence. Au contraire, si je me fais violence (et c'est violent) de maintenir le forum d'alterpsy, c'est pour dénoncer CES VIOLENCES ! mais vous êtes très mal renseigné sur l'autre côté de la chose. Vous parlez, parlez, mais à aucun moment vous ne savez vous mettre dans la position du patient ! CA C'EST MANICHÉEN ! et désolé... oui vous me donnez la gerbe... car il semble que vous ne voulez pas comprendre. Vous faites mal ! j'ai eu ma dose pour aujourd'hui.

Citation :
Je suis d'accord avec vous. Je n'ai rien à faire sur votre forum tant que vous ne copiez-collez pas mes réponses sur serpsy et ne les caricaturez pas

J'ai pas caricaturé, j'ai analysé de mon point de vue. Les infirmiers en psychiatrie ont l'habitude que les patients leur donnent toujours raison. C'est qu'il y a un joli travail d'intimidation derrière. Mais je me prends la liberté d'analyser un écrit de votre part de mon point de vue qui n'est pas abusif ou arbitraire. Je ne prétends pas vous connaître.

Et puis la brute et co... ça ne passe pas ! le raisonnement ne passe pas. ... ce sont vos mots... c'est vous qui les avez choisis... et ils ne passent pas chez moi. C'est tout. C'est mon droit. On peut faire comprendre des choses sur mille façons... mais votre sémantique me déplaît. Elle révèle en fait la nature des raisonnements qui ont cours en psychiatrie. Et vous l'avouez vous-même. Donc acceptez que moi qui ai été victime des abus d'infirmiers, de brutes, oui ! de mecs très porté sur la violence... ben, je m'indigne devant vos mots.

C'est mon droit le plus entier. Et acceptez que les autres ont des droits.

Citation :
Nous faisons beaucoup d'autres choses que de distribuer des neuroleptiques, ce qui représente une part infime de mon activité. Il m'arrive de passer des semaines sans donner de traitement. Nous allons voir les gens chez eux aussi. Il m'arrive de donner un coup de main pour la vaisselle et le ménage. Nous accompagnons les gens faire leurs courses. Nous organisons des séjours en montagne. Un de mes collègues revient de trois jours passés en montagne avec nuit dans un gîte. D'autres organisent des courses de bateaux. Nous participons à la création de groupe d'entraide que nous quittons quand les gens peuvent se passer de nous. L'essentiel de mon temps consiste en entretiens duels avec les personnes que je suis.

Je suis d'accord avec vous. Je n'ai rien à faire sur votre forum tant que vous ne copiez-collez pas mes réponses sur serpsy et ne les caricaturez pas. Vous êtes venus me chercher, vous m'avez.

je ne suis pas venu vous chercher !!!!!!!!!!!!
pour le reste, c'est bien. Mais c'est trop rare
et je reste blessé

quant à serpsy... vous êtes ridicule. Si vous ne voulez pas que les gens viennent lire vos posts, vous devez instaurer un accès restreint

et malgré tout ceci, je dois avouer que... certes, je vous ai entendu, lu, mais... les infirmiers m'ont traumatisé.
Je vais supprimer ce forum. Vous savez pourquoi peu de gens parlent de leurs vécu de l'asile ?! c'es parce qu'ils en sont traumatisés ! et il en va pareil pour moi. Je pense que j'ai eu suffisamment d'insomnies depuis une semaine... j'en ai ras la casquette


Citation :
Que voulez-vous en tant qu'infirmier je suis très con.
merci pour le fin mot. Je ne vous obligeais pas de conclure en faisant votre intellectuel de comptoir... c'est dommage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alter



Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Fridom   Mar 28 Nov - 9:21

il faut que les gens sachent une chose

il est très dur de parler de l'asile quand on l'a subi. C'est très traumatisant. Je ne connais personne qui est passé par là sans en avoir été traumatisé, blessé, détruit.

Fridom m'accuse de généraliser. le problème reste que la psychiatrie en France est à 99% abusive.
les virées en bateau, c'est très bien. Moi-même je disais au directeur de l'hôpital d'amener les "résidents fixes" à la mer

ceci est juste un travail de don quichotte

Fridom m'accuse que je ne lui réponds pas sur serpsy. C'est facile.. on n'y tolère pas les points de vue des patients qui dénoncent les abus subis en psychiatrie.
Son post que je tolère le montre bien.

Est-ce qu'on doit dire que tout va bien en psychiatrie quand seul 1% des infirimers sont des personnes correctes et engagées !

Je ne peux pas dire que ça va bien. Et forcément on généralise, parce que les médecins compétents autant que les infirmiers humanistes sont des raretés radicales.

C'est tout

je ne vais pas dire que tout va bien, alors que seul 1% du staff est correct !

les infirmiers engagés venaient même se confier à moi.... je ne comprends pas pourquoi on m'agresse, parce que je ne suis pas d'accord avec les raisonnements faits par fridom ?!

Il avoue lui-même que pas mal d'infirmiers raisonnent en terme de "brute"...

donc... ayant subi un traumatisme... j'ai le droit de réagir

car pour moi les brutes restent ces infirmiers....

et quand je vais sur serpsy lire des conneries sur les chambres d'isolement (les dernières prouesses architecturales)... J'AI LA GERBE !

c'est pas normal de soigner les gens en les clochardisant et en les réduisant à l'état d'animal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
qwert



Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Fridom   Mar 28 Nov - 12:02

Alter,
je vais te raconter une anecdote: il y a bien longtemps, j'avais une amie juive, d'origine askhénaze hongroise (c'est précis) et son père était ...crs. Et le père, il devait recevoir des pavés en 68 sur la tronche de la part de mecs qui criaient "crs=ss" et "à bas le capital" et le matin, il rentrait dans sa banlieue de prolétaires dans sa petite famille juive. Donc, dans les crs,il y avait de tout et dans les infirmiers de psychiatrie, il y a surement de tout. Tout ça pour dire que sur ton site de "fous rebelles", les infirmiers ou les psychiatres qui vont venir discuter avec toi, c'est nécessairement les plus libéraux, les plus ouverts. Ceux qui sont autoritaires ou abusifs, ceux avec qui tu veux te confronter, ils ne vont pas venir. Le mieux, pour nous aliénés, c'est d'avoir un espace A NOUS. Un espace pour critiquer tranquillement la psychiatrie à partir de notre vécu, de réfléchir comment on peut dénoncer les électrochocs, les traitements médicamenteux forcés, les surmédications, les posologies abusives revues à la hausse,les chantages que nous font les psychiatres, loin des polémiques personnelles stériles, en dégageant plutôt des comportements ou des conduites communes,sérielles, statistiques. Il y a que comme ça que l'on pourra dégager la nature profonde de la psychiatrie , violente ou thérapeutique.
Ton argument qui porte, à savoir que beaucoup d'entre nous sont en voie de clochardisation, car les médocs , c'est comme le cannabis, ça empêche de travailler, tes arguments les plus valides sont ceux auquels fridom ne répondra pas. Tu as déclaré que tu avais été quasiment étranglé en psychiatrie à l'IPPP (sans métaphore). Alors pourquoi invites tu des infirmiers sur ce site ? c'est ça que je n'arrive pas à comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fridom



Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: Fridom   Mar 28 Nov - 22:38

Bonsoir à tous,

Je ne souhaite pas rajouter de la souffrance à la souffrance. Je comprends que les uns et les autres ayez été blessés par des pratiques inacceptables. Je comprends que la violence des traumatismes subits vous rendent parfois injustes, aveugles. Je ne souhaite pas continuer à argumenter ...
Alter a parfaitement le droit de réagir au mot "brute" même s'il se trompe de contexte. De toute façon, sur le fond nous sommes d'accord.
Je vais me retirer sur la pointe des pieds en vous remerciant de votre accueil et d'avoir su résister à la tentation de me bannir.
Je souhaite une longue vie au site des "Fous rebelles".
Excusez-moi encore d'avoir réveillé des blessures que je ne souhaitais pas réveiller.

Fridom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alter



Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Fridom   Mar 28 Nov - 22:42

tu peux argumenter

de toute façon je t'ai tout dit en MP

je comprends le contexte de ton texte, mais .... je reste indigné devant ces raisonnements

c'est tout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fridom



Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: Fridom   Mar 28 Nov - 23:22

Si j'adopte ton point de vue et la souffrance que tu as subie je comprends que tu sois indigné par ces raisonnements.
Je n'ai rien à rajouter.
Tout cela a été suffisamment douloureux.

Fridom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Fridom   Mer 13 Déc - 16:11

it's allright

à d'autres débats animés Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alterpsy.conceptforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fridom   Aujourd'hui à 20:23

Revenir en haut Aller en bas
 
Fridom
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alterpsy :: ALTERPSY - une alternative pour les patients en psychiatre :: Critique de la psychiatrie ; Justice-
Sauter vers: